Récupérer mon mot de passe ?

Les Communautés nouvelles
Tous les lieux référencés de cette famille sur le guide:
«Si le monde entier court à la dérive, c’est en grande partie parce qu’il y a trop de mouvement, pas assez de prières, trop d’action et pas assez d’adoration, trop d’oeuvres et pas assez de vie intérieure, toutes les activités ne sont efficaces que dans la mesure où Dieu en est l’animateur. Une âme ne donne que du trop-plein d’elle-même.»
Marthe Robin

Filles des années 1970, les communautés nouvelles apparaissent en France, pour la plupart dans la mouvance du renouveau charismatique.Ce courant spirituel, né aux États-Unis, appelle à témoigner de la grâce de la Pentecôte, privilégiant l’expérience mystique à un christianisme polarisé sur le dogme. L’accent est mis sur l’effusion de l’Esprit, qui fait naître des chrétiens « renouvelés », et sur l’évangélisation. Ces communautés charismatiques catholiques regroupent des personnes « d’états de vie » différents, laïques ou religieuses (célibataires, couples avec ou sans enfants, moines, moniales, prêtres…), qui partagent une fraternité axée sur la prière, le travail, la pauvreté, la charité, l’accueil, la présence aux plus démunis.

Elles sont accueillies au sein d’une Église qui depuis Vatican II se montre ouverte aux innovations de l’Esprit saint et qu’elles revivifient en inventant des formes inattendues de vie chrétienne et des missions qui répondent aux questionnements d’aujourd’hui.

LA COMMUNAUTÉ DE L’EMMANUEL

Fondée en 1972, cette communauté s’est fait connaître par ses groupes de prière, ses chants et les sessions de Paray-le-Monial (Bourgogne Sud). Elle rassemble des laïcs, célibataires consacrés et prêtres, au service de la mission de l’Eglise catholique. Au cœur du monde, ils s’engagent à une vie de prière, de compassion et d’évangélisation. Elle compte 9 000 membres dans 57 pays de tous les continents, dont 4 500 en France.
      Au nombre de ses activités : groupes de prière, sessions d’été au sanctuaire de Paray-le-Monial (25 000 personnes en juillet-août), écoles pour couples (Amour et Vérité), parcours sur la doctrine sociale de l’Eglise (Zachée), solidarité internationale (Fidesco), présence dans les banlieues (Le Rocher) et revues (L’1visible et Il est vivant).


LA COMMUNAUTÉ DU CHEMIN NEUF

Cette importante communauté (plus d’un millier de membres répartis dans une vingtaine de pays) tire son nom de la rue de Lyon où elle est née en 1973 sous l’impulsion d’un jeune novice jésuite et d’un groupe de prière. Catholique à vocation oecuménique, elle se situe à la croisée de la spiritualité ignacienne (d’où l’accent mis sur la formation) et du renouveau charismatique, avec comme premier souci l’évangélisation. Ses membres sont des laïcs (couples, familles, célibataires consacrés), qui exercent pour la plupart une activité professionnelle dans le monde. Elle se consacre à ses oeuvres (sessions Cana pour les couples, retraites…) ou aux missions que lui confie l’Église (foyers d’étudiants, paroisses, aumôneries d’hôpitaux, maisons d’accueil...).

FOYERS DE CHARITÉ

Le premier foyer de charité voit le jour en 1936 à Châteauneuf-de-Galaure (Drôme), village natal de Marthe Robin (1902-1981). À 16 ans, Marthe, fille de petits propriétaires terriens, est atteinte de paralysie et passe deux ans dans le coma. La maladie laisse de graves séquelles qui la laissent immobilisée. En 1921, la jeune femme connaît une révélation spirituelle : elle comprend que sa souffrance lui ouvre une porte vers Dieu par le don total de sa personne. À 23 ans, elle rédige un acte par lequel elle s’abandonne totalement à Lui. En 1927, la maladie s’aggrave. Totalement paralysée, Marthe restera alitée pendant les cinquante ans qu’il lui reste à vivre sans dormir, avec pour seule nourriture l’eucharistie.

En 1930, le Christ lui apparaît, elle reçoit les stigmates, et revit la Passion chaque vendredi. Des milliers de visiteurs affluent vers son lit de douleur. En 1936, elle demande à l’un d’eux, le père Finet, « de la part de Dieu », de fonder dans son village « un foyer de charité, de lumière et d’amour » pour accueillir des retraitants spirituels. Le foyer ouvre quelques mois plus tard, plus de soixante-dix autres lui succéderont, s’implantant à travers le monde. Devenue aveugle, Marthe Robin s’éteint dans la sérénité, un vendredi de février 1981. Son procès de béatification a été engagé en février 1991. Fidèles au voeu de leur fondatrice, les foyers de charité proposent de suivre des retraites de trois ou six jours à tous ceux qui veulent rencontrer Dieu, sans discrimination. Le silence complet est requis, même pendant les repas. Temps d’enseignement, de méditation, messe et veillée de prière se succèdent au cours de la journée.

Publicité

Saint Christophe Assurances, Lumina Santé 3 mois offerts

SéLECTIONs de lieux DE CET ORDRE

Photo - Maison Saint-François
Maison Saint-François
1 avenue des Acacias BP 80260
35802 Dinard Cedex
Bretagne
Photo - Communauté catholique du Verbe de Vie
Communauté catholique du Verbe de Vie
Maison saint Dominique Chemin de Gottrau,1
1783 PENSIER
Suisse
Photo - Maison Marthe et Marie de Béthanie
Maison Marthe et Marie de Béthanie
Communauté des Béatitudes Domaine de Burtin
41600 Nouan-le-Fuzelier
Centre-Val de Loire

Où se procurer le guide ?

Sur la boutique en ligne :

Acheter le Guide Saint Christophe 2017 sur internet

Les Savoir-Faire des Monastères

Les Savoir-Faire des Monastères

préparez votre randonnée

Préparer et partager ses randos

assureur et plus encore

Mutuelle Saint Christophe, assureur et plus encore