Récupérer mon mot de passe ?

Les Cisterciens
Tous les lieux référencés de cette famille sur le guide:
« Tu trouveras bien plus dans les forêts que dans les livres. »
Bernard de Clairvaux


Un lieu insalubre couvert de bois épais et de buissons d’épines où prospèrent toutes sortes d’animaux sauvages : telle est la terre promise que saint Robert et ses 21 compagnons ont rejointe en 1098 pour fonder leur monastère, quittant avec allégresse Molesme (Côte-d’Or) dévoyée dans la mondanité.

Ainsi naît à Cîteaux, en Bourgogne, l’ordre cistercien. Les débuts sont difficiles et la fondation survit grâce à l’aide du duc de Bourgogne qui la place sous sa protection. Le monastère est achevé un jour des Rameaux, date anniversaire de la naissance de saint Benoît : le symbole est fort car l’intention des premiers cisterciens est de revenir à l’authenticité de la règle de l’abbé du mont Cassin par un mode de vie austère, voué à la prière et au travail. Avec Cîteaux, Robert pose les jalons d’un renouveau monastique où le dépouillement est vécu comme une libération pour rendre les moines disponibles à la présence de Dieu : « Ôte le superflu et les pousses saines pourront surgir », écrit Bernard de Clairvaux, considéré comme le second fondateur de l’ordre. L’arrivée de ce tout jeune homme, fin lettré et visionnaire, en 1112, marque le début du rayonnement cistercien. À sa mort, l’ordre compte 345 couvents, et Clairvaux, le monastère qu’il fonde en 1115, rassemble à lui seul 700 moines. La famille cistercienne se divise aujourd’hui entre le grand ordre de Cîteaux et les trappistes (16 monastères d’hommes et 14 de femmes en France). Défricheurs et bâtisseurs, les cisterciens sont à l’origine de nouvelles techniques agricoles et de l’essor de l’architecture gothique.

« TRAVAILLER C’EST PRIER »
La journée des cisterciens est rythmée par les offices liturgiques définis dans la règle de saint Benoît. Le travail est en général manuel (agricole ou artisanal).Le silence est respecté, même pendant le travail, sauf en cas de nécessité,puisque pour le saint « travailler, c’est prier ». Le silence est absolu pendant la nuit. Le dimanche, l’horaire est aménagé : pas de travail, messe en milieu de matinée.

ROBERT DE MOLESME (V. 1024-1110), le destin contrarié d’un moine épris de pureté

Robert naît dans une famille aristocratique de la région de Troyes. À 15 ans, il entre dans une abbaye de l’ordre de Cluny, dont il devient prieur dès la fin de son noviciat. Épris d’absolu, il tente de mettre en place une discipline rigoriste, en vain. Un groupe d’ermites lui demande de devenir leur supérieur. Robert installe son monastère dans la forêt de Molesme. Le lieu attire bientôt les vocations, les seigneurs du voisinage s’y rassemblent, et la mondanité s’en empare, au grand dam de Robert qui le quitte pour une autre abbaye. Les moines de Molesme exhortent le pape de faire revenir leur abbé. Robert s’exécute puis part à nouveau, cette fois pour fonder Cîteaux. Pauvreté, pénitence, solitude sont les bases de sa fondation. Robert voit enfin s’accomplir son idéal monastique, mais les moines de Molesme prient encore le pape d’exiger son retour à l’abbaye. Il y restera jusqu’à sa mort et y sera inhumé.

BERNARD DE CLAIRVAUX (1090-1153), l’oracle des princes et des papes

Bernard naît dans une famille de la noblesse bourguignonne. Son père est un chevalier de rang modeste, et sa mère, Aleth de Montbard, fille de comte. Selon l’hagiographe du saint, avant de le mettre au monde, Aleth eut un songe dans lequel elle se voyait accoucher d’un petit chien blanc au dos roux qui aboyait avec force ; les religieux y virent le signe de la pureté de la foi de l’enfant à naître, et de sa véhémence envers les ennemis de l’Église. Quoi qu’il en soit, Aleth élèvera son fils jusqu’à sa mort précoce dans la piété et l’amour de la vie monastique. À 22 ans, Bernard entre à Cîteaux avec 30 autres gentilshommes dont deux de ses frères. Trois ans plus tard, en 1115, il est envoyé fonder  Clairvaux (près de Bar-sur-Aube). Il en restera l’abbé jusqu’à sa mort.

Par son charisme, Bernard va exercer, en restant simple moine, une influence considérable sur la vie de son temps. À la fois fondateur d’abbayes, animateur d’ordre et prédicateur exceptionnel, il enthousiasme les fidèles par ses sermons (il en laissera plus de 400). Souvent sollicité hors de la clôture, il est le conseiller des princes et des papes, présent dans tous les grands conflits qui secouent l’Église : il soutient les templiers ; défend Innocent II contre Anaclet au moment du schisme ; prêche à Vézelay la seconde croisade… Suite à l’échec de celle-ci, Bernard se retire à Clairvaux et se consacre à l’écriture. Canonisé en 1174, il sera proclamé docteur de l’Église en 1830.

L’homme, miroir déformant de Dieu
Ses multiples activités n’empêchent pas Bernard de Claivaux de produire une oeuvre théologique qui le range parmi les génies du christianisme. Sa mystique prend pour socle la vie monastique dont la finalité est l’union à Dieu et l’extase. Pour y parvenir, le moine doit approcher la vérité par la méditation (temps de purification, de connaissance de soi et d’acquisition de la liberté), puis par la contemplation (recueillement, prière, possession de toutes les vertus). Sa doctrine majeure reprend la Genèse, selon laquelle Dieu a fait l’homme à son image, mais il explique que, par son péché, l’homme a placé Dieu dans une « région de dissemblance » ; il garde cependant en son coeur l’image déformée du Créateur, qui vient la restaurer en partie sur terre grâce à l’action du Christ, et la reformera dans sa perfection au paradis. Pour le saint, le monde est une énigme, une manifestation visible du Dieu invisible, et l’union de l’homme à Dieu ne peut se faire sans l’amour.

Publicité

Saint Christophe Assurances, Trophées RCF Saint Christophe de l'engagement 2017

SéLECTIONs de lieux DE CET ORDRE

Photo - Abbaye Notre-Dame de Chambarand Accueil monastique
Abbaye Notre-Dame de Chambarand
200 impasse du Monastère La Trappe
38940 Roybon
Auvergne-Rhône-Alpes
Photo - Abbaye cistercienne de la Fille-Dieu Accueil monastique
Abbaye cistercienne de la Fille-Dieu
Route de Fribourg 2
1680 Romont
Suisse
Photo - Abbaye Sainte-Marie Mont-des-Cats Accueil monastique
Abbaye Sainte-Marie Mont-des-Cats
2470 route du Mont des Cats
59270 GODEWAERSVELDE
Hauts-de-France

Où se procurer le guide ?

Sur la boutique en ligne :

Acheter le Guide Saint Christophe 2017 sur internet

Les Savoir-Faire des Monastères

Les Savoir-Faire des Monastères

préparez votre randonnée

Préparer et partager ses randos

assureur et plus encore

Mutuelle Saint Christophe, assureur et plus encore